BOLERO création

  • par C.EM
  • juin 1, 2013

Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet, chorégraphie
Marina Abramovic, scénographie
Durée 15min

 

© : le Figaro.fr

© : le Figaro.fr

 

J’avais moins de 5 ans et je me souviens très bien du Boléro de Ravel, chorégraphie de Maurice Béjart. Des images fortes qui sont à jamais gravées dans ma mémoire. Maurice Béjart confie le rôle central – la mélodie- tantôt à une danseuse, tantôt à un danseur. Le rythme est interprété par un groupe de danseurs.
Cette fois là, Maia Plissetskaia, danseuse étoile du Bolchoï, interprétait – la mélodie – seule sur une table.

Alors ce soir là, quelques années plus tard, je suis ressortie de l’Opéra de Paris à la fois étonnée, satisfaite et contrariée. Je voulais voir cette création, la première du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui avec les danseurs de l’Opéra Garnier. Bien sûr il fallait que je la confronte à mes souvenirs. Et puis je voulais voir la scénographie de Marina Abramovic.

Il me reste des images, des cercles concentriques comme sur l’eau d’un lac, et étrangement des spirales comme des nébuleuses célestes, des danseurs à la technique classique parfaite mais académique, oui une transe de groupe mais où je ne retrouve pas l’énergie animale des danseurs du ballet Maurice Béjart, les miroirs de Marina Abramovic, dans lesquels j’ai envie de regarder sans cesse, ce qui m’agace, et fait que je me concentre sur ce qui se passe sur scène et enfin des costumes (de Riccardo Tisci) qui m’envoie direct dans le XVIIIème siècle, ces longues capes noires à capuches et ces longues robes virevoltantes.

La composition de ce programme, « L’Oiseau de Feu » de Béjart, suivi de « L’Après-midi d’un Faune » de Nijinski, et de « Afternoon of a Faune » de Robbins et enfin « Boléro », fait que nous ne pouvions qu’être surpris par le dernier acte et c’est presque un soulagement !

L’euphorie et l’électricité ont gagné la salle de l’Opéra de Paris où le public a applaudi à tout rompre.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest