CategoryAll posts under‘Arts de l’espace‘

L’ange du bizarre

  • by C.EM
  • juin 8th, 2013

Le romantisme noir de Goya à Max Ernst
Au Musée d’Orsay

Carlos Schwabe (1866-1926), La Mort et le fossoyeur, 1900

Carlos Schwabe (1866-1926), La Mort et le fossoyeur, 1900


In extremis je cours au Musée d’Orsay pour voir cette exposition sans trop savoir ce qui m’attend mais en sachant quand même que je devrais y croiser des œuvres de certains peintres qui m’interpellent…toujours.
D’autant plus que le XVIIIème siècle en Europe est une période charnière des plus passionnante, ce qui explique vraisemblablement pourquoi ce courant artistique (« Le romantisme noir ») à pris naissance à ce moment là.

Je vais de souvenir en surprise, comme si ma mémoire avait tout rangé, de l’extrait du film fantastique « Nosferatu – Eine Symphonie des Grauens» de Friedrich Wilhelm Murnau (maître du cinéma expressionniste allemand) – 1922, le « Sabbat des sorcières » d’Eugène Delacroix – 1832, les dessins à l’encre de Victor Hugo : « L’encre, cette noirceur d’où sort la lumière », extrait d’un poème de 1856, les paysages de Caspar David Friedrich, les 6 dessins – lithographies pour « La Tentation de Saint-Antoine » par Odilon Redon – 1889, la découverte d’un peintre belge Léon Spilliaert avec ses paysages filmiques, et pour finir avec les photographies de Brassaï, celles de la ville.

Brassaï : «  La nuit suggère, elle ne montre pas. La nuit nous trouble et nous surprend par son étrangeté ; elle libère des forces en nous qui, le jour, sont dominées par la raison. »

Quelle étrange salle d’ailleurs que cette dernière salle, qui crée un sursaut après l’atmosphère tendue du cheminement dans cette exposition, qui se présente comme un véritable laboratoire d’idées.