CategoryAll posts under‘Arts de l’espace‘

NEW YORK

  • by C.EM
  • novembre 3rd, 2013

STREETS of NEW YORK

IMG_0245Neue Galerie

IMG_0246 Upper East Side

IMG_0250Midtown

IMG_0284Trinity Church

IMG_0285

1 TWC, 105 étages – 541m

IMG_0287

IMG_0318Rockefeller Center, 9 ha – 19 immeubles

IMG_0328Times Square

IMG_0401« Diner » – Queens

IMG_0428Central Park,  » Un château dans le ciel… »

IMG_0430

NEW YORK

  • by C.EM
  • octobre 30th, 2013

Vues de la HIGH LINE – Meatpacking District
1900 un quartier industriel – 1930 une voie ferrée aérienne – 1999 projet d’un espace vert public – 9 juin 2009 ouverture du tronçon 1 (Gansevoort Street – West 20th St) – juin 2011 ouverture du tronçon 2 (West 20th St – West 30th St)
L’idée : relier Meatpacking District à Midtown

IMG_0329
IMG_0333
IMG_0335
IMG_0338
IMG_0339_1_1HL NY
IMG_0340

IMG_0343
IMG_0345
IMG_0347
IMG_0348_1_1 HL NY
IMG_0352_1_1 HL NY

NEW YORK

  • by C.EM
  • octobre 30th, 2013

MIDTOWN MANHATTAN
1929 – MoMA (Museum of Modern Art)

IMG_0291_1
Marcel Duchamp
« To Be Looked at (from the other side of the glass) », Buenos Aires – 1918

IMG_0290
Marcel Duchamp
« From on by MD or Rose Selavy – Box in a valise » – 1958

IMG_0296
Louise Bourgeois
« Quarantania 1″ – 1981

IMG_0293
Gerhard Richter
« Tote » – 1963

IMG_0298
Gerhard Richter
15 peintures vie et mort de 4 membres des RAF (Red Army Faction)

IMG_0301

Gerhard Richter
« Cell 18 octobre 1977″

IMG_0302

 Vue extérieure

IMG_0300
Tristan Perich
« Microtonal Wall » – 2011
(150 One-bit speakers & microprocessors & aluminium)

IMG_0308

Carsten Nicolai
« Wellenwanne Ifo » – 2012

IMG_0310

IMG_0313
Issey miyake
« IN-EI Mendori Lamp » – 2012 (Recycled PET)

Tokujin Yoshioka
« Honey-Pop Armchair » – 2000 (Paper)

IMG_0304
Anish Kapoor
« A Flower A Dramatique Like Death » – 1986

IMG_0317

Fabienne Verdier présente « Energy Fields »

  • by C.EM
  • octobre 21st, 2013

Du 21 septembre au 2 novembre 2013, Galerie Jaeger Bucher / Jeanne Bucher

 

Série "Walking Paintings" Triptyque N°08, 2013 198X402 cm

Série « Walking Paintings »
Triptyque N°08, 2013
198X402 cm

« Walking Paintings », ce sont donc des œuvres récentes, en noir et blanc.

Série "Walking Paintings" Diptyque N°02, 2013 198X268 cm

Série « Walking Paintings »
Diptyque N°02, 2013
198X268 cm

Fabienne Verdier se libère de la contrainte de son imposant pinceau en utilisant aujourd’hui une réserve d’encre comme outil de création. On voit bien que le choix des œuvres présentées a dû être difficile tant elles se continuent ou elles diffèrent. Tantôt la ligne d’énergie et d’encre, de matière, se suffit à elle même tant elle a de la force et une seule direction, tantôt les lignes se superposent et se croisent pour former une masse tumultueuse, presque menaçante…

Elle cite l’architecte et peintre de la Renaissance Léon Battista Alberti : « Le sommet de l’art c’est de savoir utiliser le blanc et le noir », ce qui éclaire toute sa démarche.
Elle dit : avoir « une fascination pour la forme végétale », qui a un rythme, une sonorité comme « 1, 2,3 », « 1, 2,3 ».
Elle dit : « on le détruit » parce « qu’il n’y a pas de réalisation spontanée et qu’il faut une vie de travail pour y arriver », alors peut-être lorsqu’elle aura 80, 90 ou 100 ans…

Il y a de la fougue dans ses œuvres là, comme une cavalière lancée au galop dans l’espace infini de sa pensée créatrice.

Je suis passée d’un espace de la galerie à l’autre, en des aller-retour successifs puisqu’étaient également présentées des études méticuleuses de la coiffe de Margareta peinte par Van Eyck,(un des premier portrait d’une femme artiste), une série d’œuvres nommées La Pensée Labyrinthique ou Méandres.

Margareta II. Hommage à Van Eyck La Pensée Labyrinthique, 2011 180X356 cm

Margareta II. Hommage à Van Eyck
La Pensée Labyrinthique, 2011
180X356 cm

Je dois dire que le travail de Fabienne Verdier me bouleverse depuis longtemps peut-être parce qu’il y a là quelque chose de résolument féminin, une résonance particulière dans l’énergie créatrice. Fabienne Verdier, une femme artiste, avant-gardiste, que certains disent à contre courant, est surtout une artiste qui a trouvé sa voix artistique et qui pose les bonnes questions.

Un récent rapport du sénat intitulé « La place des femmes dans l’art et la culture » montre clairement que les femmes artistes sont moins cotées, exposées et reconnues que les hommes.

Portugal, août 2013

  • by C.EM
  • août 20th, 2013

Le siège du PCP (Parti Communiste Portugais) à Guimarães

IMG_0063

 

Un Tag, à Braga

IMG_0070

 

La Fondation Serralves, à Porto

IMG_0080

 

Projection d’Alexandre Estrela « Meio Concreto »

IMG_0078

 

Immeubles en cours de réhabilitation dans un vieux quartier de Porto

IMG_0105

 

Une chapelle sur le bord du Douro, à Porto

IMG_0120

 

Un immeuble abandonné, à Porto

IMG_0122

 

Bâtiment de l’université construit sous la dictature, à Coimbra

IMG_0125

 

Un vieux théâtre abandonné, à Lisbonne

IMG_0133

 

Le couloir de l’elevador de Santa Justa, à Lisbonne

IMG_0134

 

Lisbonne vue du Castelo de Sao Jorge, au centre l’elevador de Santa Justa

IMG_0138

 

La Fondation Calouste Gulbenkian, à Lisbonne

IMG_0162

 

Une photographie d’Amalia Rodriguez (1920-1999) retouchée par un artiste portugais Leonel Moura « sans titre » (série « Amalia #6 », 1987), à la Fondation Calouste Gulbenkian, à Lisbonne

IMG_0165

 

 

 

 

 

Simon HANTAÏ

  • by C.EM
  • juillet 7th, 2013

 Au Centre Pompidou
22 Mai – 2 Septembre 2013

 

Souvenir de l'avenir, Hantaï Simon (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Adam

Souvenir de l’avenir, Hantaï Simon
(C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Adam

Enfin une rétrospective de cet artiste, trop méconnu du grand public, qui occupe le plus grand espace, au 6ème étage, du Centre Pompidou. 130 toiles ont été rassemblées ici par Dominique Fourcade, Isabelle Monod-Fontaine et Alfred Pacquement.

Immense, intense, sombre, vif, rythmique, Hantaï étonne.

Peu de monde, ce dimanche matin, j’en rêvais, pouvoir déambuler à mon rythme dans cette exposition et en silence…

Le début, le surréalisme 1949-1955, je retiens peinture – 1952 (don de Daniel Cordier, 1989, Centre Pompidou), 3 peintures gris – noir – 1957-1958 « Souvenir de l’avenir ». Hantaï expérimente et explore, Mariales 1960-1962, elles constituent un groupe de 27 peintures, il commence à plier la toile. Je retiens m.a.1, m.a.3, m.a.4, m.c.2, m.c.3 et m.c.6. La série m.c. est traitée différemment. Le fond de la toile a été éclaboussé de peinture noire, le pliage est différent, le rendu est beaucoup plus brut avec de grands aplats de couleur.

Plié, peint, plié, peint, les Mariales sont rythmées comme une musique, une chorégraphie.

Mariale m.a. 3, Hantaï Simon (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

Mariale m.a. 3, Hantaï Simon
(C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

Dans les séries Catamurons et Panses 1963-1965, le pliage, les couleurs sont au centre de la toile, les bords restent vides. Je retiens Catamurons 1964 (bleu, vert sombre et noir, FRAC Limousin 1985) et Panses MM1 1965 (bleu, noir et blanc), les peintures ici présentées sont minérales et le traitement de la couleur proche des dernières Mariales comme un vitrail. Dans Panses les viscères surréalistes refont surface.

Meuns 1967-1968, des peintures monumentales où la couleur et les formes éclatent en grands fragments. Je retiens Meuns 1968, 3 peintures côte à côte, bleu, aubergine et bleu klein. Et Meuns 1968, noir et 2 bleus.

Etudes et Blancs 1969-1973, j’aime Blanc 1974, bleu, violet et vert.

1973, Hantaï peint les premières Tabulas, la façon de plier la toile devient systématique, trop systématique pour moi et donne un quadrillage. Les dernières Tabulas, les Tabulas Lilas sont des peintures plus petites, plus fragiles. Je retiens Tabula Lilas 1982, blanc sur l’ocre d’une toile légèrement préparée.
Laissées 1981-1994, Hantaï reprend d’anciennes toiles des Tabulas qu’il recadre et découpe. Les photographies d’Antonio Semararo montrent Hantaï découpant ses toiles, « La toile est un ciseau pour moi ».

Alors, un ultime sursaut de création ?

Hantaï a dit :
« Il y a quinze ans, je me suis placé en dehors. Je me suis retiré du centre, parce que vouloir se placer au centre n’a aucun sens, interdit d’avoir une vision critique. Il ne reste qu’une fonction sociale. Alors, je suis rentré dans l’atelier, sans considération du marché, librement. C’était la seule solution. Sinon la peinture devenait de la chose, du produit. » (Extrait article Ph. Dagen, Le Monde, 16/03/1998)

Films : « Des formes et des couleurs : Simon Hantaï », 1974 et « Grand portrait : Simon Hantaï ou les silences rétiniens », 1976 de Jean-Michel Meurice.
Documentaire : Conversation avec catherine Chevrier, 1998.
« Simon Hantaï : artiste peintre », Reportage de Pierre Desfons et Béatrice Caufman, avec la collaboration de Dominique Fourcade, Ina, 1981.