NOS OCCUPATIONS, Création

  • par C.EM
  • juin 3, 2014

Texte et mise en scène de David LESCOT
Cie du KAÏROS

Paris, Le Théâtre des Abbesses- mercredi 28 Mai 2014, 20h30.

David Lescot, Cie du Kaïros, "Nos Occupations", Théâtre des Abbesses, Paris

Il est toujours un peu difficile d’aborder les textes de David Lescot ; je suis donc rivée à mon siège, concentrée, réveillée.
Sur scène, il y a 18 chaises et 8 pianos en morceaux, sauf celui du pianiste, 6 comédiens et un pianiste ; et puis 8 personnes.
Au début je ne comprends pas très bien ce que tout ce monde fait sur scène, puis dans ce joyeux désordre, où j’ai l’impression d’être dans un Saloon de Far West moderne, se dégage les comédiens par paire ou en solo ; le pianiste est de dos.
Je me demande quel est le rôle de ceux qui sont assis ou debout, qui ne bougent pas, ne parlent pas. Est-ce que ces 8 personnes font partie du public ? Est-ce que ce sont les immobiles de la société, ceux qui attendent que les autres fassent à leur place ?

La pièce est en deux parties, la première partie « En guerre » et la deuxième partie « L’après-guerre ».
Il est question d’un groupe, de son organisation clandestine et de son activité de résistance. Ils suivent un certain ordre ; ils sont enfermés, cachés, utiles ou inutiles.
Je pense à Blaise Pascal : « Les mots diversement rangés font un divers sens et les sens diversement rangés font différents effets. » (Pensées, 1670).
Où se situe la vraie compréhension ? Il y a des combinaisons d’idées, de mots, de lettres ; des listes, des fragments, des réagencements.

Par moment le pianiste délie les situations et à d’autres moments je trouve que le texte mériterait à être plus lent et le piano moins présent.

Le public, ce soir là, a apprécié autant que moi, cette scène grandiose, de répétition.
-27. Répétition-, p 39, Le Tanneur et Merle. (…)
Le Tanneur : Moi aussi je m’entraîne. Je commence S.T.E.N.U. ; A.R.T.O.L. ce sont des groupes de cinq lettres.
Merle : S.T.E.N.U. ; A.R.T.O.L. Il y en a combien.
Le Tanneur : Il y en a vingt-huit.
Merle : vingt-huit groupes de cinq lettres.
Le Tanneur : Je continue. C.S.D.O.F. ; F.A.I.R.T. ; P.E.R.S.N. ; A.E.S.D.T. ; R.T.E.I.O. ; V.D.A.C.J. ; L.O.U.R.I. ; H.E.P.S.H. ; D.N.U.N.T. ; O.P.R.F.M. ; L.A.A.S.E. ; R.E.T.D.F. ; H.O.J.L.M.
(…)
Puis,
-fête 6 : statistique-, p69, La fête qui s’achève. Restent Le Tanneur, Merle, et Vernon.
Une image de fin forte, trois personnages, Le Tanneur, Merle, et Vernon, sont debout, de dos, décalés, Frésure est allongé sur le piano et l’homme dans l’ombre pose sa tête sur son ventre, le pianiste est assis, de dos.

J’ai retrouvé là encore, le style de David Lescot, dans le texte et la mise en scène ; il exprime toujours des interrogations générationnelles, auxquelles il est difficile de répondre, tant l’époque se meut rapidement et tant il est difficile d’avoir une appréhension globale et immédiate des sociétés dans lesquelles on vit.

Les comédiens,
Damien Lehman est le pianiste
Scali Delpeyrat Vernon (qu’on désigne comme le traître)
Norah Krief Merle (qui récite les 28 groupes de lettres)
Grégoire Oestermann est Le Tanneur (le chef du réseau, qui prophétise sur le devenir de l’Europe dans l’après-guerre)
Jean-Christophe Quenon est Mercier, le colosse barbu.
Céline Milliat est Clarisse, qui ne sert à rien dans le réseau
Sara Llorca est Frésure, qui se fait une dinde froide.

Nos Occupations est publié aux Editions Actes Sud-Papiers.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest